De l'Armagnac et des vins

Aujourd’hui, 20 % des vignes de Cassaigne sont dédiées à l’Armagnac, 80 % aux Côtes de Gascogne rouges, rosés et blancs. Les vignes ont été complètement restructurées au début des années 2000. Des cépages tels que l’Ugni blanc et la Folle blanche ont été replantés sur ces terres autrefois dédiées à 100 % à l’Armagnac. Des cépages rouges ont été introduits : le Merlot, le Syrah, le Manseng Noir, le Sauvignon, le Colombard, le Gros Manseng.

Des cépages atypiques ?

Alors que 90 % des cépages de l’IGP (Indication Géographique Protégée) Côtes de Gascogne sont blancs, le terroir du condomois se distingue avec une proportion de 70 % d’encépagement blanc pour 30 % d’encépagement rouge. Quant à Cassaigne, toute son originalité réside dans un équilibre blanc/rouge (50 %/50%).

Cépages sélectionnés

Les principaux cépages plantés sur le vignoble de Cassaigne :

Château de Cassaigne 48

L'Ugni Blanc

Typiquement gascon
Palette aromatique fruitée, notes d’agrumes, arôme balsamique de résine de pin.

Château de Cassaigne 49

La Folle Blanche

Cépage historique de l’Armagnac
Acidité marquée, vins faibles en alcool.

Château de Cassaigne 51

Le Colombard

Typiquement gascon
Notes de citron vert, de pêche, de nectarine, et de pamplemousse.

Château de Cassaigne 52

Le Gros Manseng

Originaire du Sud-Ouest
Arômes de coing et d’abricot, une touche florale épicée, un parfum de fruits exotiques (mangue, ananas, fruits de la passion).

Château de Cassaigne 53

Le Merlot

Parfum de fruits rouges (fraise, framboise, groseille, cerise), saveurs de pruneau, de violette, d’épices douces et de cuir.

Château de Cassaigne 53

La Syrah

Evocation de violette, mûre, myrtille et cassis, notes fumées et poivrées, arômes de tourbe et de graphite, touche truffée au vieillissement.

Château de Cassaigne 54

Le Sauvignon

Nuances de fleur de genêt, de bourgeon de cassis ou de vapeur de buis, notes fréquentes d’agrumes (citron, pomelos), de fleurs (narcisse, jasmin), accents minéraux.

En 2010, la redécouverte d’un cépage ancien :
le Manseng Noir

Dans le cadre de sa démarche de Recherche & Développement, Plaimont a créé le premier Conservatoire régional de cépages. En 2010, un programme d’études et de réintroduction des cépages disparus après la crise phylloxérique a été lancé. C’est ainsi le que le Manseng Noir a été « redécouvert » sur des parcelles anciennes. « Oublié » parce que moins productif et moins riche en alcool que certains de ses cousins, ce cépage trouve à nouveau sa place dans le vignoble. Une vigne mère a été plantée pour produire les bois de taille nécessaires pour faire les greffes. 200 hectares de vignobles ont été plantés, ils ont déjà produit deux premières cuvées (Moonseng, Manseng Noir). Le Manseng Noir a été introduit avec succès dans la Cuvée Grand Vin du Château.